Jean-Christophe Charlier / Professor of Physics

UCLouvain – IMCN / Condensed Matter and Nanosciences

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

En tant que physicien, je m’intéresse surtout aux changements structurels à long terme dans les systèmes d’énergie (renouvelable) pour potentiellement résoudre une partie des problèmes de réchauffement climatique (gaz à effet de serre).
Mais je suis aussi très impliqué dans la transition écologique où il faut redécouvrir une relation forte entre la nature et l’homme.
Afin d’essayer de ne pas participer autant que possible à la transformation industrielle alimentaire, je vis depuis 20 ans à la campagne et produis
la plupart de mes aliments (y compris la viande, les œufs, les féculents et les légumes).
Le toit de ma maison est rempli de panneaux solaires produisant 7000 kWh par an et me permettant (ainsi qu’à ma famille) d’être autosuffisant en électricité.
L’isolation thermique de ma maison a réduit de 2/3 ma dépendance à l’énergie fossile.
Le seul point faible reste la mobilité puisque mon village est une région mal desservie par les transports en commun, ce qui m’oblige à faire du travail à domicile deux jours par semaine.
Par conséquent, tout programme politique en faveur d’une augmentation de la fréquence des transports publics dans les campagnes serait le plus apprécié.
Enfin, des changements obligatoires dans la société nécessiteraient des modifications drastiques des comportements et des objectifs de la plupart des politiciens, allant d’actions à court terme à des actions à court terme.
et l’enrichissement personnel à la bienveillance et aux actions à long terme pour le bien commun qui ne manqueront pas de faciliter la transition écologique et sociale.
« Un être humain est une partie de l’ensemble appelé par nous univers, une partie limitée dans le temps et l’espace. Il fait l’expérience de lui-même, de ses pensées et de ses sentiments en tant que quelque chose
séparé du reste, une sorte d’illusion d’optique de sa conscience. Cette illusion est une sorte de prison pour nous, nous limitant à nos désirs personnels et à la
de l’affection pour quelques personnes les plus proches de nous. Notre tâche doit être de nous libérer de cette prison en élargissant notre cercle de compassion à toutes les créatures vivantes.
et toute la nature dans sa beauté. » (Albert Einstein).