Xavier Desmit / Researcher

RBINS / Oceanography, marine ecosystems

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

Les écosystèmes marins, les zones côtières, les fonds marins et l’océan sont soumis au changement climatique, à la défaunation, à la perte de biodiversité et à la dégradation des écosystèmes. C’est la conséquence des activités industrielles en mer et sur terre (industrie, pêche, agriculture, urbanisation). L’amplitude globale des transformations industrielles affecte les zones reculées de l’écosystème océanique (réchauffement, acidification, pollution). De telles menaces planétaires exigent une action globale et, par conséquent, un large consensus politique est nécessaire pour mettre fin à tous les processus qui causent la pollution, l’épuisement des ressources, l’intoxication et la destruction des habitats. Il s’agit par exemple de l’opposition à l’industrie des combustibles fossiles pour développer une énergie durable, de l’opposition à l’agrobusiness et à la surpêche pour favoriser l’agroécologie et la pêche durable, de la lutte contre la déforestation pour restaurer les écosystèmes, contre les inégalités pour promouvoir la justice sociale et climatique, etc. Des solutions politiques au niveau collectif sont absolument essentielles. Les actions personnelles au niveau individuel sont également importantes parce qu’elles permettent aux acteurs du changement d’accepter de nouvelles initiatives politiques, de les soutenir et de les développer. De plus, être un acteur de changement a des vertus émancipatrices et procure joie et conscience. Voici mes actions :

  • Cultiver une partie des légumes dont ma famille a besoin dans un jardin de 2 m², acheter le reste dans des magasins bio.
  • Diviser par deux la consommation de viande de ma famille et remplacer les protéines animales par des protéines de légumineuses.
  • Faire du vélo (« bakfiets ») plutôt qu’utiliser la voiture pour les trajets quotidiens et scolaires.
  • Évitez le plastique par tous les moyens, y compris dans les jouets pour enfants.
  • Éduquer les enfants en promouvant leur attention, leur émerveillement et leur respect des êtres vivants, des écosystèmes et des cycles naturels.
  • Diffuser les connaissances scientifiques par le biais de conférences de vulgarisation et d’articles de journaux.
  • Accroître ma propre compréhension politique du changement climatique et de la justice climatique
  • Débattre et lutter contre la pseudo-science et le scepticisme climatique
  • Participer à des manifestations pour la justice climatique et sociale
  • S’engager dans un parti politique qui place le climat et l’écologie ainsi que la justice sociale et fiscale au cœur de son programme.
  • Reconnaître et respecter les expériences des autres, qu’elles soient réussies ou non.
    Les difficultés ne sont pas là où je les attendais. C’est un plaisir de faire du vélo et de remplacer une partie de la viande par des légumes sains. Le plus difficile est de trouver le temps d’agir politiquement et de convaincre les gens dans les débats.
%d blogueurs aiment cette page :