Daniele Da Re / PhD student

ELIC, UCLouvain / Ecology

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

En tant qu’écologiste, je m’intéresse à l’étude et à la compréhension des relations entre les différentes espèces et l’environnement, où nous vivons tous. Comme le soulignait à nouveau le dernier rapport du GIEC, le changement climatique affecte non seulement les espèces tropicales éloignées de nous, mais aussi les nôtres. C’est un fait auquel nous devons tous faire face.
Notre mode de vie affecte la Terre, cependant, même si le rapport Les limites de la croissance a été publié il y a 47 ans, nous n’avons pas changé notre mode de vie autant que nous aurions dû le faire.
Nous pouvons tous faire un pas en avant pour une société plus durable. Personnellement, au cours des 8 dernières années, j’ai décidé de changer progressivement ma routine pour la rendre plus durable : J’ai drastiquement diminué la consommation de viande, j’achète consciemment, en essayant de ne choisir que des produits locaux et saisonniers et en évitant les choses inutiles, je réduis le gaspillage d’eau et j’essaie d’utiliser les transports publics autant que possible. Ce sont là des choix durables vraiment courants, mais je suis sûr que chacun pourrait trouver sa propre voie. Il est difficile d’essayer d’enlever le manteau du consommateur de la vie quotidienne et les tentations de solutions rapides, bon marché et non durables sont partout.
Cependant, je trouve plusieurs effets intéressants (positifs) sur ma routine quotidienne. Par exemple, le fait d’avoir principalement des repas végétariens ou végétaliens me fait me sentir mieux et plus productif, l’utilisation des transports en commun me permet de trouver le temps de lire un livre (ou un livre électronique, pour éviter le gaspillage de papier), et acheter moins, de la ferme à la table et des produits recyclés, a également un effet positif sur mon portefeuille. En fait, j’ai graduellement vécu de petits changements dans ma vie quotidienne qui, à la fin, m’ont amené à un changement de perspective de ce qui a vraiment de la valeur. Moins, c’est plus, c’est un joli slogan qui pourrait aider à aborder les efforts de chacun. Chacun d’entre nous, indépendamment de son âge, peut contribuer à réduire son impact sur les ressources limitées de notre planète.
Les initiatives liées à l’écologie pourraient apparaître comme une affaire de classes supérieures et de gouvernements seulement, de plus les politiques nationales et internationales durables pourraient sembler loin de la vie en commun. Cependant, nous devons être conscients qu’en tant qu’individus, nous avons un poids politique et économique, que nous devons utiliser pour pousser notre société vers des habitudes durables, pour nous et pour toutes les autres espèces de cette planète, en étant conscients que tout changement part de nous-mêmes.

%d blogueurs aiment cette page :