Nina Dehnhard / Seabird Ecologist

Norwegian Institute for Nature Research (NINA) / Ecology

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

Dans mon domaine d’expertise, l’écologie des oiseaux marins, je vois les effets du changement climatique menacer l’existence de nombreuses espèces. Les espèces que j’ai étudiées pour mon doctorat et mon premier projet postdoctoral, les manchots cicadelles du Sud, sont en déclin et pourraient disparaître à cause du changement climatique. En tant qu’être humain, et en pensant globalement, il est douloureux de se rendre compte que ce sont surtout les habitants des pays les plus pauvres qui ont le moins contribué aux émissions de CO2 qui en souffriront le plus : Les personnes qui manqueront d’eau potable et de nourriture à cause de la sécheresse et de la désertification, les personnes dont les maisons sont détruites par les cyclones et la montée du niveau de la mer. Je crains un avenir de conflits et de guerres autour de l’eau et des migrations massives. Le dernier été en Europe centrale nous a donné un bon aperçu de ce que les générations futures auront à endurer comme conditions « normales ». Des gens mouraient à cause de la vague de chaleur, et il en va de même pour les tempêtes, les inondations et les cyclones dans le monde entier. Quels sont les coûts économiques et sociétaux de ces événements extrêmes (qui deviennent plus fréquents avec le changement climatique) ? Ces chiffres sont en augmentation et continueront d’augmenter. Le changement climatique n’est pas un événement futur et lointain, il se produit maintenant, et si nous n’agissons pas rapidement, il ne fera qu’empirer.
Ainsi, si les politiciens retardent les mesures climatiques parce qu’ils craignent, par exemple, que le retrait du charbon pour la production d’énergie ne détruise des emplois et ne soit trop coûteux, ils n’en voient en réalité pas les coûts réels. Ils prennent des décisions qui se prennent au détriment de notre climat, de l’environnement, de notre société et de la vie des gens.
Alors, que pouvons-nous faire ? Il s’agit tout simplement de reconsidérer notre comportement afin d’économiser les ressources et l’énergie dans la mesure du possible : Chacun d’entre nous peut changer, par exemple en se rendant au travail à vélo et en conduisant moins avec la voiture. Partagez une voiture et/ou achetez une voiture à faible consommation de carburant. Buvez de l’eau du robinet au lieu d’une bouteille d’eau (en plastique). Mangez des aliments saisonniers et produits localement et moins de viande puisque la production animale représente 14,5 % de nos émissions de gaz à effet de serre. Enfin, essayez de voler le moins possible – et si vous compensez pour vos vols et aussi pour le kilométrage de votre voiture.
Ainsi, tout le monde a le choix, il n’y a pas que les politiciens. Lors des prochaines élections, pensez à vos choix et à l’avenir, et votez en conséquence. Soyez créatif, partagez vos connaissances et inspirez les gens à réfléchir à leurs actions.

Originally posted 2018-04-30 09:10:01.