Doriane Muller / PhD Student

UCLouvain / Behavioural Ecology

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

Dans le cadre de ma thèse, je suis amenée à étudier les impacts du réchauffement climatique sur une espèce de papillon tropical. Les effets de ce réchauffement pourraient potentiellement conduire à une extinction de cette espèce qui, pourtant, est une espèce généraliste et répandue dans le sud de l’Afrique. Ces observations et mes lectures m’ont sensibilisée et m’ont confortée dans l’idée de faire des actions à mon échelle pour tenter de limiter mes impacts sur la biodiversité et sur le climat.
Ma motivation quotidienne est de consommer moins. Je pense que cela devrait être un point clé dans le discours des politiques! J’ai mis fin aux achats compulsifs. Je préfère maintenant les produits faits maison et d’occasion. Presque tous mes meubles ont déjà connu des propriétaires différents. Je n’achète plus de plats cuisinés, par exemple, je fais mes propres confitures et mes propres céréales pour le petit déjeuner et j’envisage de faire mon dentifrice aussi. Pour le nettoyage, j’utilise souvent du vinaigre blanc. J’ai également choisi de réduire ma consommation de viande et d’éviter autant que possible les emballages plastiques. Mais si je n’ai pas le choix, j’essaie toujours de leur trouver un nouvel usage. J’aimerais aussi recycler mes vieux jeans pour en faire des sacs, des taies d’oreiller et même une nouvelle robe.
L’année dernière, avec mon petit ami, nous avons commencé à créer un petit potager en réhabilitant une bande de terre le long du parking au pied de ma maison. Pour certains, cet espace n’était qu’un cendrier géant. Nous avons d’abord nettoyé le sol en remplaçant les centaines de mégots de cigarettes par de la terre fraîche et nous avons semé un mélange de graines de fleurs sauvages natives pour les pollinisateurs. Ce n’était pas grand-chose, juste quelques mètres carrés, mais assez pour qu’un passant nous remercie d’ajouter un peu plus de verdure dans le quartier.
Réduire son empreinte écologique nécessite une organisation et une modification de ses habitudes, mais ce n’est pas insurmontable et nous essayons chaque jour d’ajouter un peu plus d’écologie à nos actions.

Originally posted 2018-05-03 01:02:43.

%d blogueurs aiment cette page :