Olga Szczodry / Biodiversity & Monitoring Expert

WWF Belgium / Biodiversity; Animal Behaviour

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

Mon principal sujet de préoccupation est la perte dramatique de biodiversité à laquelle nous sommes confrontés dans le monde entier et le fait que ces effets sont renforcés par le changement climatique et vice versa. Savoir que nos sociétés dépendent de la biodiversité, par son rôle dans le fonctionnement des écosystèmes, est encore plus préoccupant.
Les actions que j’ai mises en place sont de façonner ma carrière afin de pouvoir travailler sur le sujet au quotidien.
De plus, j’essaie d’adopter un mode de vie plus durable pour réduire mon empreinte écologique :
Je suis végétarienne ; je maximise l’utilisation des transports en commun ; je vais dans un magasin biologique qui vend des produits de saison, de la région et non-emballés ; j’achète des articles étiquetés (Msc, Bio, Fsc, ..) ; j’achète des vêtements/meubles d’occasion et fais réparer ceux qui sont endommagés ; je fabrique mes propres produits d’entretien, réduit la durée et la température du chauffage, utilise des ampoules LED, économiseur d’eau, etc.
De plus, j’essaie de vivre de façon « minimaliste » : pas trop d’objets dans mon appartement, pas trop de vêtements qui ont la même fonction, etc.
Enfin, je montre l’exemple à ma communauté (sans pointer du doigt!) : je pense que c’est mon plus grand impact car beaucoup d’entre eux ont réduit drastiquement leur consommation de viande, se sont tournés vers des aliments plus ‘bio’ ou zéro déchet.
Les difficultés que je rencontre sont:

  • D’obtenir des informations fiables pour analyser les différents labels existants, les différents fournisseurs d’énergie ou la durabilité des banques.
  • D’utiliser les transports en commun dans les petites villes et villages
  • D’utiliser le vélo à Bruxelles à cause du manque d’infrastructures (les voies partagées avec bus et voitures ne sont pas des pistes cyclables à mes yeux)
    Des changements clés son en train de se produire. La société prend conscience que nous devons prendre soin de notre planète (plus du climat que de la biodiversité pour l’instant, mais nous y travaillons) mais nous avons besoin que les politiciens les entendent et aient le courage d’apporter des changements profonds dans le système dans lequel nous vivons et d’amorçer la transition de notre société vers un autre système de valeurs. L’ultra-capitalisme, donc la croissance éternelle, est un non-sens sur une planète finie et il est grand temps de changer de paradigme.
%d blogueurs aiment cette page :