Elise Dupont / Teaching Assistant

TFL, iMMC, EPL, UCL / Energy

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

Dans ma thèse de doctorat, je travaille sur les limites techniques physiques des énergies renouvelables. En effet, la croyance principale est qu’il n’y a pas de limites techniques ou physiques à l’expansion des énergies renouvelables. Avec les bonnes politiques et les bons investissements, il serait possible d’atteindre un système d’énergie entièrement renouvelable tout en maintenant ou en maintenant le niveau de vie actuel, et même de poursuivre la croissance économique. En examinant l’énergie investie dans l’infrastructure et le fonctionnement des systèmes d’énergie renouvelable, je montre que nous aurons besoin de plus d’énergie pour produire notre énergie dans l’avenir. Les implications possibles sont un déplacement du stock de capital et de la main-d’œuvre des  » autres  » secteurs de l’économie vers le secteur de l’énergie, avec une diminution possible de la production de l’économie (c.-à-d. une décroissance de l’économie).
Avec mes recherches, j’aimerais sensibiliser davantage les gens : nous devons changer radicalement notre façon actuelle de produire et de consommer des biens, parce que la technologie ne nous sauvera pas.
Dans ma vie personnelle, j’essaie de faire de mon mieux pour réduire mon empreinte écologique, mais je lutte aussi pour la justice sociale. Mes choix sont également guidés par des préoccupations environnementales et sociales, car je crois qu’il s’agit de luttes indissociables.
En ce qui concerne le transport, j’utilise principalement les transports en commun et le vélo, et occasionnellement les voitures partagées (Cambio, une fois par semaine en moyenne).
En ce qui concerne l’alimentation, je vais principalement dans des magasins locaux, écologiques, où l’on peut acheter de la nourriture en vrac (je participe à l’initiative « Février sans supermarché »).
Il y a deux ans, nous avons changé de fournisseur d’électricité pour devenir membre d’une coopérative d’énergie renouvelable (Energie 2030).
Je rencontre plus de difficultés en ce qui concerne mes habitudes vestimentaires et de voyage, car je continue à acheter des vêtements « non éthiques » (sauf des chaussures) et à voyager en avion pour mes vacances.

%d blogueurs aiment cette page :