Nathan Terseleer / Research associate

RBINS – OD Nature / Oceanography

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

L’étude des océans offre une vision impressionnante de la gravité et de l’omniprésence de l’impact des activités humaines sur les systèmes naturels (fonds marins dégradés, changements climatiques, pollutions, dégradation de la biodiversité, disparition des habitats, manque d’oxygène,…). Tant de tragédies se produisent – non seulement aux dépens des systèmes naturels, mais aussi de notre bien-être, car les fonctions essentielles des écosystèmes pour les sociétés humaines sont menacées. Tout comme à terre, les activités industrielles, qui ont des conséquences délétères à grande échelle pour les systèmes, en sont les principales responsables. Cela appelle des changements et des contraintes radicaux, ce qui met en évidence un autre constat : la volonté politique est très en retard et le secteur privé empêche les adaptations nécessaires d’être adoptées dans l’intérêt de tous.
Au-delà des changements structurels qui doivent être effectués au niveau politico-économique, je suis heureux de mettre en œuvre des changements dans notre vie quotidienne à l’échelle de notre petite famille, car ils sont très satisfaisants et passionnants :
– nous consommons principalement dans un magasin bio local : plus savoureux, moins cher, plus sain, plus rapide, sans gaspillage, et il soutient les acteurs économiques locaux ;
– nous cultivons des légumes, des fruits et des herbes dans notre jardin, qui est laissé assez naturel et sauvage (plus de beauté, plus de biodiversité, plus de plaisir, moins de travail) ;
– nous avons co-fondé un projet d’agriculture collective, avec des maisons à faible consommation d’énergie, pour mettre en place une agriculture écologique dans un environnement sain et beau (projet de vie passionnant !);
– nous avons abandonné notre télé – nous passons du temps à lire et à parler ensemble au lieu de nous faire dire ce qu’il faut acheter ou penser ;
– nous votons et appuyons un parti politique qui met l’accent sur la qualité de notre environnement et de notre vie et sur le bien-être de la majorité, plutôt que sur la prospérité économique de quelques personnes….. ;
– on achète de l’occasion ;
– nous discutons, échangeons et débattons beaucoup, et nous découvrons de nouvelles idées ;
– … et nous sommes heureux de le faire. Cela apporte un sentiment de liberté.
Lors de la mise en œuvre de changements responsables, la plus grande difficulté vient du système actuel qui rend plus difficile l’émergence d’alternatives (par exemple, règles existantes au profit d’acteurs établis, prix artificiellement bas, coûts des externalités soutenues par la société, subventions injustes et système fiscal…).
Changements clés identifiés : pour la société, que les gens se rassemblent et mettent en œuvre collectivement des changements, car c’est une source d’espoir et de bonheur ; au niveau politique, que les politiciens écoutent les scientifiques (les vrais, pas les technoscientifiques) et les gens, plutôt que les intérêts privés.

Originally posted 2018-05-19 14:35:50.