Chloé Salembier / Professor

LOCI_UCL / Anthropologist

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

En tant qu’ethnologues, nous avons observé au cours des dix dernières années, dans nos domaines respectifs, des inégalités de plus en plus marquées entre les populations. Ces inégalités résultent principalement de l’exploitation des ressources naturelles par les multinationales, ainsi que par les populations locales pour s’enrichir, sans égard à leur impact sur leur environnement et le contexte habité qu’elles occupent. En tant qu’enseignant et chercheur dans une faculté d’architecture et d’urbanisme, j’essaie d’offrir à mes étudiants des alternatives à l’économie de marché néolibérale qui affecte profondément toutes les espèces vivantes et les environnements dans lesquels elles vivent. Au quotidien, j’essaie de donner l’exemple en consommant un minimum de déchets, en voyageant sans voiture particulière, en limitant mes déplacements en avion, en achetant des aliments produits localement dans le respect de l’environnement naturel, etc. J’espère que l’Université s’engagera également à être exemplaire dans ces pratiques quotidiennes afin d’apporter plus de justice sociale, climatique et migratoire. D’un point de vue politique, de nombreux projets devraient être lancés dans les années, voire les mois à venir, pour mieux répartir la richesse et protéger les milieux naturels qui nous accueillent.