Patrick Meyfroidt / Researcher, Professor

UCLouvain, Earth and Life Institute / Geography

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

La soutenabilité est un processus. Les solutions aux problèmes environnementaux entraînent souvent d’autres problèmes imprévus. Mon domaine d’expertise concerne les questions liées à l’utilisation des terres, à ce que nous faisons des terres que nous avons sur Terre et à leurs ressources. La terre est au centre d’un nombre croissant de fonctions et de demandes, de la production alimentaire au stockage du carbone, en passant par les rôles esthétiques et culturels, la conservation de la biodiversité, les établissements humains, la régulation des flux d’eau, les activités récréatives et autres. Il est de plus en plus compliqué de trouver un équilibre entre ces demandes multiples et souvent concurrentes. Un accent trop simpliste sur certains aspects, tels que la nécessité d’émissions négatives de gaz à effet de serre d’origine terrestre, peut mettre en danger d’autres besoins tels que la préservation de la nature ou les moyens de subsistance locaux des populations tributaires des terres.
Le chemin vers des sociétés plus durables exige l’articulation entre des changements ascendants (à partir des individus, des familles, des communautés locales) et descendants (politiques et structurels). Personnellement, je ne suis pas et ne serai jamais à l’aise de donner des leçons aux autres, de mettre en avant mes propres réalisations ou de me considérer comme un bon exemple. Nous avons entièrement rénové une vieille maison de ville pour l’isoler avec des matériaux naturels, réactiver un réservoir d’eau de pluie, installer un système de chauffage à haut rendement et passer à l’électricité renouvelable. Nous réduisons progressivement la consommation de viande dans le ménage, utilisons les transports publics pour une grande partie de nos déplacements et essayons de prendre des décisions conscientes, en reconnaissant les multiples dimensions de la soutenabilité. Mais ce n’est pas grand-chose.
Avec deux enfants d’âge scolaire, une équipe de recherche dynamique qui compte sur moi, vivant à Bruxelles et travaillant à Louvain-la-Neuve, et ayant d’autres parents à charge, je n’ai pas réussi jusqu’à présent à me débarrasser d’une voiture pour de nombreux déplacements quotidiens. Il y a probablement des raisons sociétales qui rendent cela difficile (p. ex. l’organisation sociétale en termes d’heures de travail et autres), mais une grande partie de cela est aussi probablement liée à moi et à ma façon d’équilibrer les compromis concernant les gens autour de moi. D’autres personnes peuvent trouver cela plus facile, mais pour moi, ce sentiment inconfortable d’avoir à équilibrer des situations imparfaitement fait partie de l’expérience quotidienne.

%d blogueurs aiment cette page :