Manuel Sintubin / Full Professor

KU Leuven / Geodynamics

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

En tant que géologue, émerveillé dans mes recherches quotidiennes par les merveilles de notre planète unique, on développe un profond respect pour la nature, l’environnement naturel et notre Terre « vivante ». De ce point de vue, c’est à contre-courant avec moi que de voir comment des êtres humains irrespectueux gèrent leur environnement naturel et comment ils tiennent pour acquis tout ce que la nature fait pour eux, même maintenant qu’ils sont de plus en plus confrontés aux aléas de la nature. Ce respect de la nature est un principe directeur dans ma vie de tous les jours, étant conscient que toute action peut avoir un impact sur l’environnement naturel. Cette prise de conscience conduit à se demander si les actions que l’on entreprend sont nécessaires ou non pour son bien-être et celui de ses proches. On apprend à apprécier les petites choses de la vie, en étroite harmonie avec la nature et la planète Terre. Ce faisant, j’espère donner l’exemple et convaincre les gens autour de moi qu’essayer de vivre en harmonie avec la nature peut être une vie satisfaisante. Mais en vivant consciemment, je réalise aussi que notre mode de vie a encore un impact majeur sur la consommation de ressources naturelles et d’énergie, et qu’un tel mode de vie n’est pas durable. Elle demeure un défi pour vivre à l’intérieur des frontières de notre planète. Compte tenu de la perspective d’une population mondiale toujours croissante dans les décennies à venir, avec des habitants des régions en développement qui poursuivront un niveau de vie dont nous jouissons déjà en Occident, et sachant que notre niveau de vie a encore un impact environnemental majeur, je suis convaincu que notre société devrait investir davantage dans la recherche scientifique et le développement technologique pour évoluer vers une société mondiale durable dans les limites de notre planète « vivante ». Les percées technologiques permettront à terme à l’humanité de réduire sa dépendance à l’égard des ressources naturelles primaires et des sources d’énergie non renouvelables, ce qui réduira notre impact sur l’environnement naturel et donnera ainsi à la nature la possibilité de s’épanouir.

%d blogueurs aiment cette page :