Xavier Fettweis / FNRS Research Associat

ULiège / PhD in climatology: regional climate modeling and polar regions

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

  1. Mes principales préoccupations au sujet du changement climatique dans mes recherches sont la fonte de la calotte glaciaire du Groenland et ses impacts sur l’élévation du niveau de la mer et la circulation océanique dans l’océan Atlantique.
  2. Dans le but de réduire notre empreinte carbone,
    => Nous avons choisi de vivre à proximité de notre travail dans la ville de Liège et non dans la campagne liégeoise ou ardennaise (alors que j’aime cette région) pour réduire nos déplacements quotidiens en voiture. De plus, nous avons investi pour mieux isoler notre maison.
    => Quand il fait beau, je prends le temps de venir à l’université à vélo, même si je dois escalader la colline Sart-Tilman ! Bien que des investissements aient été réalisés dans la piste cyclable d’Angleur à Sart-Tilman, traverser la ville de Liège à vélo reste dangereux en raison de l’absence de pistes cyclables.
    => J’utilise au maximum le train/TGV lorsque je dois me rendre dans une autre université (BE, FR, NL,…) pour une réunion. Le train permet de travailler ou de lire des journaux. Cependant, je regrette que le billet de train reste parfois très cher par rapport à une compagnie low-cost ou que l’alternative « train » prenne parfois trop de temps. C’est par exemple le cas si je dois me rendre au centre de Météo France à Toulouse. Le billet d’avion devrait être beaucoup plus cher et le train a encore besoin d’investissements importants pour améliorer sa compétitivité.
    => Je trie entièrement mes déchets. Il est vrai que nous avons déjà la possibilité d’utiliser le sac bleu PMC mais dans les parcs de recyclage, il y a beaucoup plus de possibilités pour le plastique solide par exemple. Malgré la présence d’un parc de recyclage, je déplore qu’il y ait encore beaucoup de dépôts sauvages de déchets dans la nature autour de Liège.
    => dans mes achats, quand c’est possible, je donne la priorité aux produits locaux/belges pour limiter le transport, en particulier pour les fruits, légumes, …. Cependant, je déplore qu’il soit parfois difficile de trouver la provenance des produits et que certains produits étrangers soient moins chers que les produits belges alors qu’ils ont une empreinte carbone plus importante. Les produits doivent être taxés en fonction de leur empreinte carbone et non avec une TVA fixe.
%d blogueurs aiment cette page :