Bruno Danis / Associate Professor

Marine Biology Lab, Université Libre de Bruxelles / Biodiversité Antarctique, biodiversité informatique, écologie spatiale

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

Ce qui m’inquiète le plus :
la combinaison de stresseurs environnementaux et sociaux qui s’expriment à l’heure actuelle est pour moi sans précédent et fait peser une certaine menace pour la survie de l’espèce humaine. Changement global, érosion de la biodiversité, injustice sociale sont un cocktail qui s’annonce détonnant. Nous avons probablement les moyens techniques d’y faire face, mais cela nécessitera une changement fort de paradigme dans le fonctionnement de nos sociétés (une meilleure compréhension des enjeux, une meilleure préparation par l’éducation, une redistribution équitable des richesses, etc…) ainsi qu’une forte volonté (j’allais écrire politique, mais je pense plutôt que c’est au citoyen de prendre l’initiative). Je ne suis pas certain que ce changement intervienne suffisamment vite.
Les changements que je mets en oeuvre :
Au travail: informer les étudiants sur les enjeux et leur rôle potentiel en tant que Biologiste, dans le cadre de mes cours d’écologie générale, de biogéographie et stages de terrain. privilégier l’achat de matériel de recherche d’occasion.
A la maison: recherche d’un haut niveau de performance en termes d’utilisation de ressources, en implémentant des solutions “low tech”: isolation, utilisation d’eau de pluie, panneaux solaires autoconstruits, compost, recherche permanente de réduction des déchets. Education et sensibilisation des enfants.
Transports: Vélo, transports en commun. Voiture si nécessaire uniquement.
Vacances: Camping sous tente, en Europe.
Nourriture: circuits courts, achats en vrac, participation à des épiceries collaborative, produits issus d’une agriculture raisonnée, faible consommation de produits carnés et laitiers.

%d blogueurs aiment cette page :