Séverine Fourdrilis / Postdoctoral scientist

Royal Belgian Institute of Natural Sciences / Evolutionary biology, Marine biology

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

Mes principales préoccupations sont : La lenteur des changements sociétaux et politiques pour faire face au changement climatique ; L’écologie est un parti politique distinct alors qu’elle est l’affaire de tous les êtres humains indépendamment d’une opinion politique ; L’influence des intérêts économiques des lobbies et du populisme sur les gouvernements qui empêche la transition écologique ; Le mécanisme de défense psychologique qui empêche la majorité des citoyens d’aborder la question climatique.
Ce que j’ai changé : mon fournisseur d’énergie pour MEGA (100% électricité renouvelable et gaz de biomasse au même prix que l’énergie « moins verte » d’Engie) ; Thermostat sur 19-20°C à la maison ; Lampes LED ; Moins de déchets plastiques (shampooing solide, déodorant maison, eau du robinet, bouteille rechargeable) ; Végétarienne ; Achats en seconde main ; Plus de voiture, utilisation des transports publics ; Projet professionnel de recherche scientifique pour sauver les coraux face au changement climatique.
J’ai également l’intention de faire partie d’un groupe de scientifiques sur mon lieu de travail, qui réfléchira aux mesures que nous pourrions prendre en tant qu’institution scientifique pour soutenir la cause climatique.
Les difficultés que j’ai rencontrées sont :
1) Financières : acheter des produits à faible impact environnemental qui sont plus chers ; rénover l’isolation de mon habitation ; obtenir des fonds pour la recherche scientifique.
2) Prendre moins l’avion: dilemme entre polluer et le développement personnel à découvrir de nouvelles contrées en voyageant.
3) Réduire sa consommation d’eau quand on est une femme aux cheveux longs et que la salle de bain est froide!
4) Pouvoir de décision limité : être locataire et non propriétaire implique aucun pouvoir de décision pour installer des panneaux solaires sur le bâtiment même si Bruxelles Environnement offre une installation gratuite.
5) Psychologiques : sentiment de culpabilité d’avoir un mode de vie qui n’est pas encore assez durable ; se sentir différente et faire face au jugement des autres quant aux implications de mon mode de vie sur la vie des autres (par exemple, être végétarienne est vu comme un problème lors des repas de famille) ; Perte de confiance dans les représentants politiques à cause de certains d’entre eux impliqués dans des scandales ou soutenant des intérêts financiers avant les intérêts environnementaux.
6) Disponibilité des données : il est difficile de connaître l’impact environnemental des produits bios au supermarché.
Les principaux changements nécessaires sont les suivants : Rompre le lien direct entre les lobbies et les gouvernements ; Faire de la communication positive sur les bénéfices de la transition écologique, pour éviter les mécanismes de défense psychologique chez les gens, tout en montrant la gravité à court terme du changement climatique ; Changer de modèle économique ; Assurer l’équité financière pour aider les gens à changer leur mode de vie ; Anticiper et chercher des solutions pour gérer les flux migratoires à venir de réfugiés climatiques afin d’éviter une crise sociale et la montée de la xénophobie.

%d blogueurs aiment cette page :