Hendrik Wouters / Researcher

Ghent University / Climate science

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

Je suis Hendrik Wouters, chercheur à l’Université de Gand. J’étudie l’émergence des vagues de chaleur, la sécheresse et les précipitations intenses. J’ai participé au dernier rapport sur le climat de l’Agence flamande de l’environnement, pour lequel j’ai développé des scénarios futurs du changement climatique et des îlots de chaleur urbains pour la Belgique.
En plus d’être chercheur, je suis également père de trois enfants et je me demande si nos enfants auront le même niveau de vie à l’avenir. Cependant, la science est très claire : les gens sont responsables du chauffage mondial en raison de nos émissions de gaz à effet de serre. Le rythme du changement est invisible et implique que les plantes et les animaux subiront des conditions climatiques de plus en plus extrêmes. Notre société subit déjà les conséquences d’un nombre croissant de phénomènes météorologiques extrêmes. Je le vois aussi dans mes propres recherches qui indiquent que le nombre de vagues de chaleur dans les villes belges augmentera d’un facteur 3 d’ici 2040.
Nous devons limiter le réchauffement de notre planète à 1,5°C afin d’en limiter les conséquences. C’est pourquoi j’essaie de réduire autant que possible mes propres émissions de CO2 en utilisant, par exemple, le vélo et les transports publics, en évitant la viande, les produits laitiers et le plastique, en achetant des produits locaux, etc. Chacun de ces choix réduit instantanément ma propre empreinte écologique, et j’espère que mes actions inspireront les autres à faire de même. Je remarque cependant qu’il n’est pas toujours évident de faire des choix durables. Par exemple, une simple promenade en vélo avec mes enfants pour aller à l’école est une entreprise très dangereuse entre la circulation automobile très dense et la quête d’acheter des produits locaux et sans plastique. Je me rends donc compte qu’une véritable société neutre en CO2 d’ici 2050 ne pourra devenir réalité que si nos gouvernements proposent un plan climatique intégré avec des ajustements en matière d’infrastructures, de mobilité, d’aménagement du territoire, d’alimentation, de fiscalité, etc. Cela devrait garantir que les choix durables deviennent la norme et que de nouvelles technologies contre le changement climatique puissent être déployées. Malgré les efforts nécessaires, je suis convaincu qu’un tel plan permettra non seulement de contrer les perturbations climatiques, mais aussi d’améliorer notre niveau de vie général.

Originally posted 2018-05-25 00:42:46.