David Bol / Assistant professor

UCLouvain / Electronic circuits and systems

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

Aujourd’hui, les technologies de l’information et de la communication (TIC) génèrent quelques pour cent des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES). Cependant, selon un récent rapport scientifique (The Shift Project), les émissions de GES des TIC augmentent à un rythme régulier de 9 % par an, en raison de l’utilisation croissante d’Internet. Dans un monde où nous devons réduire drastiquement notre empreinte carbone, les TIC pourraient bien devenir la principale source d’émissions de GES d’ici 2050.
Ces émissions proviennent de deux sources principales : la fabrication de produits électroniques tels que les téléphones intelligents, les téléviseurs intelligents et les gadgets et la consommation électrique de l’infrastructure Internet basée sur les centres de données et les stations de base.
Avec ce respect, je lutte contre 1) l’obsolescence des produits électroniques et 2) le gaspillage du trafic de données Internet. Sur le plan personnel, cela se traduit par des tentatives (parfois réussies, parfois non réussies) de réparer les produits électroniques cassés au lieu d’en acheter de nouveaux et d’investir dans des produits électroniques de gamme moyenne mais compacts (au lieu de produits d’entrée de gamme) qui seront capables de suivre l’évolution des logiciels. Pour éviter le gaspillage de données, nous évitons la télévision à la maison, adaptons la résolution de la vidéo à la taille de l’écran (n’utilisez jamais 4K UHD), utilisons le stockage de musique locale au lieu du streaming et choisissons intentionnellement le forfait de téléphone cellulaire avec le plus petit volume de données.
Lorsque j’en discute avec les gens, je me rends compte à quel point ils ne sont pas conscients de l’impact de leur utilisation de l’Internet. Il y a donc deux changements majeurs à entreprendre. Nous devons d’abord investir dans l’éducation de la jeune génération sur cet impact, car les adolescents sont de grands consommateurs de données en raison des vidéos sur les réseaux sociaux. Deuxièmement, nous devons faire respecter la longue durée de vie et la réparabilité des produits électroniques par les fabricants, et mettre clairement ces informations à la disposition des consommateurs avec, par exemple, des étiquettes de durabilité et de réparabilité (A/B/C/D/D/E) en plus de l’étiquette de consommation électrique.

Originally posted 2018-06-08 23:18:19.

%d blogueurs aiment cette page :