Isabelle Cassiers / Emeritus Professor

UCL / Economics

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

Principale préoccupation dans mon domaine d’expertise : comment induire un basculement systémique, quitter un monde obsédé par la croissance économique et le gain individuel pour faire advenir une société prenant soin du commun et du vivant sous toutes ses formes ?
Changements introduits dans mon mode de vie : l’assise incontournable d’un tel basculement est une conscience de plus en plus aiguisée. La pleine conscience et la méditation, que je pratique depuis seize ans, m’aident à être attentive aux conséquences de mes comportements et à transformer ceux-ci pas à pas, afin de les rendre toujours plus conformes à mes valeurs. Simultanément, je m’efforce de pratiquer constamment la bienveillance pour éviter de devenir intransigeante envers moi-même et les autres… ce qui me rendrait insupportable… Comme tous les « transitionneurs » le savent, les changements de comportement passent par l’assiette (depuis longtemps je mange bio, si possible local, et plus récemment je suis devenue végétarienne), par les modes de transport (après de nombreux voyages, j’ai décidé de réduire drastiquement mes déplacements en avion), par une consommation responsable (matériaux, distances parcourues, relations sociales sous-jacentes, déchets) et par une grande vigilance dans le placement de l’épargne (mes placements sont éthiques et je soutiens des projets en accord avec mes valeurs). J’ai conscience d’être privilégiée et, malgré cela, de ne pas encore être venue à bout de mes incohérences…
Difficultés : Cette évolution de mes comportements ne va pas sans difficultés. Elle suscite des incompréhensions (« c’est bien compliqué, son régime végétarien et son refus de l’avion »….) ; elle demande à renoncer à de grand plaisirs, comme la découverte du monde. Et tout en y renonçant, cultiver ma joie intérieure !
Principaux changements au niveau de la société : un basculement systémique requiert en premier lieu la généralisation d’une prise de conscience. Peuvent y contribuer : l’encouragement à la pratique de la pleine conscience dans les écoles et les organisations, l’éducation au respect de toute forme de vie, et la lutte contre les informations tronquées (y compris la publicité) qui suscitent des comportements dommageables. Le poids du changement ne peut pas être laissé à la seule initiative privée. Les pouvoirs publics devraient, à tous niveaux (de l’international au local) et de toutes les manières (lois, subventions et taxes – en commençant par le kérosène…), réorienter les comportements et fournir les infrastructures nécessaires au basculement systémique.

%d blogueurs aiment cette page :