Koen De Ridder / Sr Researcher

VITO / Climate physics / modelling / impacts / climate services

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

Dans notre équipe de VITO, nous nous concentrons sur les impacts du changement climatique, en particulier dans les villes. L’un des principaux résultats de nos travaux de ces dernières années est que, selon le scénario du statu quo, le nombre de jours de canicule dans les villes pourrait décupler d’ici la fin du siècle. Nous avons trouvé cela très préoccupant, et nous avons même du mal à imaginer comment cela se passerait vraiment. En même temps, la plupart des gens ne sont tout simplement pas conscients de l’ampleur des effets potentiels du changement climatique.
J’essaie de contribuer personnellement en étant végétarien, et en ayant une installation PV (panneaux solaires) qui couvre plus ou moins la consommation d’énergie électrique de notre maison. Nous privilégions aussi de plus en plus le vélo ou le transport en commun pour se rendre à la voiture. A part cela, nous avons pris quelques mesures assez régulières au niveau de notre maison comme l’isolation du toit et des tubes du radiateur.
Une difficulté à laquelle nous sommes confrontés en ce qui concerne la maison, qui date des années 1960, est qu’il n’est pas facile d’isoler profondément, par exemple les murs et le sol. Une autre difficulté est que parfois, dans notre travail, les voyages en avion sont inévitables. La plupart des projets de recherche de notre équipe sont internationaux, et même si nous utilisons beaucoup la téléconférence de nos jours, vous devez parfois être en mesure de rencontrer vos partenaires face à face. Malheureusement, de nombreuses destinations ne sont accessibles que par avion.
Malgré certaines des actions personnelles énumérées ci-dessus, je ne me fais aucune illusion quant à mon empreinte carbone ou à l’empreinte moyenne qui accompagne un mode de vie occidental. Pour atteindre les objectifs de Paris, des changements assez radicaux s’imposent, qui exigent des actions individuelles mais aussi gouvernementales, qui exigent l’efficacité énergétique ainsi que des moyens de produire de l’énergie propre, des changements de comportement ainsi que des progrès technologiques et, en fin de compte, la garantie que tout cela ne cause pas d’injustice sociale.