Alexis Esquerré / PhD researcher

Vrije Universiteit Brussel, Department of Hydrology and Hydraulic Engineering (HYDR) / Coastal and marine geology

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

Je suis un doctorant en géologie marine, et je suis conscient des conséquences à long terme des problèmes environnementaux. Le principal problème causé par le changement climatique dans mon domaine de recherche est l’élévation du niveau de la mer, due au réchauffement planétaire causé par les émissions de gaz à effet de serre de l’homme. Je ne peux imaginer un monde dans lequel la plage actuelle se trouverait sous le niveau de la mer, et pourtant cela pourrait arriver beaucoup plus rapidement que ce à quoi nous sommes prêts à faire face.
Pour ces raisons, j’essaie d’adapter mon mode de vie pour limiter mon impact sur l’environnement. Je cherche toujours des solutions alternatives avant d’utiliser ma voiture, et dans ma vie quotidienne, je marche et utilise les transports en commun uniquement. J’ai même l’intention de changer pour une voiture électrique l’année prochaine. J’essaie de limiter autant que possible ma consommation d’eau. Je suis inscrit à une compagnie d’électricité ne distribuant que de l’énergie « verte ». J’ai réduit ma consommation de nourriture produite hors d’Europe de l’Ouest, et j’essaie même d’acheter uniquement des produits belges. Au travail, je fais également partie de la Green Impact Team de mon département, qui fait la promotion d’initiatives écologiques au sein du département et de l’université. Les actions que je fais sont une petite contribution. Mais autant une quantité énorme d’émissions de CO2 par l’humanité peut résulter d’une somme de choix individuels, autant une diminution énorme de ces émissions peut résulter d’une somme de petites contributions comme celles-ci.