Nicolas STURARO / Research scientist

University of Liège – Laboratory of Oceanology – FOCUS / Marine ecology

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

En tant que chercheur en océanographie, j’ai eu l’occasion d’étudier diverses menaces sur la biodiversité marine. Depuis plus de dix ans, j’ai suivi une multitude d’herbiers marins et de récifs coralliens et quantifié les effets potentiels du réchauffement climatique, de la pollution des eaux et de la surpêche sur la biodiversité marine. Il est essentiel de réduire les menaces qui pèsent sur la biodiversité afin que les écosystèmes marins et les économies mondiales restent sains et équilibrés pour les générations actuelles et futures.
Bien que certaines politiques, en matière de climat et d’environnement, sont conçues et mises en œuvre, chaque habitant de cette planète fragile peut agir pour réduire son impact sur les écosystèmes. Ayant pris conscience de l’enjeu, j’ai réfléchi à mes habitudes et à leurs conséquences et j’ai décidé de réduire mon impact de plusieurs façons. J’achète maintenant la majorité de mes aliments d’un marché qui encourage les circuits de distribution courts et vend des produits biologiques en vrac. J’évite d’acheter des produits emballés et j’utilise des sacs réutilisables. Cela permet de réduire le réchauffement de la planète, d’éviter les déchets inutiles et de réduire le risque de pollution de l’eau. De plus, j’ai une bouteille d’eau réutilisable et j’ai réduit ma consommation de poisson et de viande à environ un morceau toutes les deux semaines – j’évite toujours de consommer des espèces de poisson surexploitées et du bœuf – et ça ne me manque pas. Même si ma profession m’amène à prendre l’avion pour me rendre à des conférences et réaliser des missions de terrain, quelques fois par année, je choisis de me rendre au travail à pied et en utilisant les transports en commun, ce qui contribue à réduire les émissions de CO2. En remplaçant mes vieilles habitudes par ces nouvelles petites actions, faciles à intégrer dans ma vie quotidienne, je pense aider à la préservation des écosystèmes.
Chacun peut jouer un rôle important et améliorer l’état futur de notre planète. Les choix et les actions que nous faisons aujourd’hui auront une grande incidence sur nos enfants et sur leur qualité de vie future. Des changements clés sont également nécessaires au niveau sociétal et politique. Je pense qu’une implication politique des citoyens est essentiel. De plus, les gouvernements doivent agir rapidement pour changer les modèles économiques (de nombreuses alternatives existent), ce qui contribuera à garantir une société plus durable. Lorsque les espèces et les écosystèmes seront respectés, l’habitabilité à long terme de la planète sera assurée.

%d blogueurs aiment cette page :