An Ansomms / Professor

Université Catholique de Louvain / Development studies

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

En tant que chercheur travaillant en Afrique centrale depuis près de deux décennies, j’ai vu que le changement climatique n’est pas un défi futur. Elle affecte les conditions de vie des agriculteurs ruraux D’AUJOURD’HUI. Les saisons changent de façon imprévue. Sécheresse, érosion, pluies trop abondantes à des moments imprévus…. Ces aberrations climatiques affectent les disponibilités alimentaires. Ils diminuent les chances des gens de mener une vie décente et saine.
En outre, les producteurs et les consommateurs de denrées alimentaires sont confrontés à des agro-entreprises pour lesquelles la production alimentaire est ‘big business’. Les petits exploitants, considérés comme  » improductifs « , sont poussés en dehors du secteur agricole et sont remplacés par des unités de production à grande échelle. Cependant, leur mode de fonctionnement est souvent non durable d’un point de vue écologique.
Nous devrions réfléchir profondément à la vie que nous voulons pour nos enfants, et pour les enfants du monde entier. En effet, le changement climatique ne concerne pas les défis de demain. Il s’agit des choix d’aujourd’hui. A commencer par ce que nous mangeons…. Et avec une réflexion sur le type de modèle agricole que nos décideurs politiques promeuvent, tant en Europe qu’en Afrique – par le biais de l’aide au développement. Le modèle de la Révolution verte génère des profits pour un groupe limité, mais ne parvient pas à fournir des moyens de subsistance durables à la grande majorité des agriculteurs africains. Il est temps d’examiner les preuves scientifiques qui vont au-delà de l’indice de  » croissance économique  » et d’évaluer les modèles de production alimentaire qui incluent toutes les dimensions pertinentes pour le développement humain.

Originally posted 2018-05-17 09:44:23.