Jean-François Rees / Professor & researcher

UCLouvain / Animal physiology & toxicology

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

En tant que biologiste marin travaillant sur la pollution de l’environnement, je peux constater les menaces croissantes que nos activités font peser sur les écosystèmes marins. Les écosystèmes marins évoluent rapidement, en raison de la capture intensive des stocks, combinée aux impacts du réchauffement et de la pollution des océans.
En ce qui concerne la pollution, nous partageons tous des responsabilités dues à la consommation de biens. J’essaie de réduire autant que possible la consommation des produits à base de pétrole. Mon principal problème est lié à la mobilité, avec une offre insuffisante de transports publics, et du fait qu’ils ne sont pas totalement fiables. En tant qu’enseignant, la ponctualité et la fiabilité sont essentielles si l’on veut remplacer la voiture individuelle. J’ai acheté un vélo électrique que j’utilise lorsque ma fille de 10 ans n’est pas avec moi. Mais l’absence de pistes cyclables protégées rend trop dangereux de l’emmener avec moi sur son propre vélo.
Sur le plan politique, il est urgent que des décisions vigoureuses soient prises et mises en œuvre pour protéger les mers et réduire la pression humaine sur ces écosystèmes. Cela inclut une forte réduction des quotas de pêche pour les espèces et les populations menacées et une application adéquate des lois, avec des contrôles dans les ports et chez les détaillants de poisson.

Originally posted 2018-05-08 19:26:28.