Oscar Brousse / PhD Candidate

KU Leuven / Master Environmental Geography

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

Je suis spécialisé dans l’étude des climats urbains, qui se concentre sur la compréhension de l’impact climatique des systèmes urbains complexes. La plupart des gens sont déjà conscients de ce que nous appelons l’effet « îlot thermique urbain ». Mais le climat urbain a beaucoup plus d’implications pour les secteurs de l’environnement, de l’économie écologique et de la santé. L’un des principaux défis auxquels j’ai été confronté jusqu’à présent est l’obtention de données appropriées pour représenter ces villes dans nos modèles climatiques et veiller à ce que nous les modélisions bien. Cela implique que de nombreux acteurs urbains doivent faire face au changement climatique sans vraiment savoir quoi faire.
Préoccupée par le manque de connaissances sur les différents impacts des zones urbaines sur le climat et sur notre santé, j’ai été et continue d’être impliquée dans une association citoyenne qui tente de défendre l’environnement et la qualité de vie dans l’un des quartiers de Bruxelles. Je me suis également impliquée dans le débat public en tant que climatologue en donnant des cours sur le changement climatique dans les écoles secondaires, en rédigeant des articles d’opinion pour des journaux publics et en traduisant et signant la lettre ouverte du #scientists4climate .
L’une des principales difficultés auxquelles j’ai été confronté pour réduire mes émissions est le manque de capacités que l’on donne aux individus pour atteindre ces objectifs. Des exemples simples seraient le manque de transports publics adéquats et les quelques zones piétonnes dans la plupart des villes belges ou l’omniprésence du plastique dans les choses que nous achetons (même sur les produits alimentaires biologiques)…. À mon humble avis, le changement ne peut pas venir uniquement des individus, mais doit être appuyé par les intervenants et les décideurs en parallèle.
Je pense qu’il y a de nombreux changements qui doivent être traités comme il se doit. Ce qui m’effraie d’autant plus aujourd’hui, c’est la peur croissante de l’autre dans nos sociétés. Nous devons accepter que le changement climatique nous concerne tous et, par conséquent, il ne s’agit pas d’autre chose que de travailler tous ensemble pour faire en sorte que 10 milliards de personnes puissent partir en paix sur cette planète. Je crois toujours que c’est réalisable, même si je suis tout à fait conscient des défis que cela implique.
Pour finir sur une citation positive : « Il y a trop de gens sur Terre pour ceux qui ne les aiment pas. »

Originally posted 2018-05-15 14:15:51.