Frank Venmans / Assistant Professor

UMONS / Economist

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

Je suis particulièrement préoccupé par l’irréversibilité de la dégradation de l’environnement. La perte de biodiversité et le changement climatique sont de bons exemples de processus irréversibles.
J’essaie de réduire mes émissions lorsque cela est possible sur une base individuelle. Ma maison est vieille et j’ai isolé les murs et le grenier. J’ai des panneaux photovoltaïques sur mon toit et je produis plus d’électricité que je n’en utilise. Je ne participe pas à des conférences en dehors de l’Europe, même si, à l’avenir, cela pourrait parfois s’avérer nécessaire. Je fais également un don annuel de 3000 euros à Greenpeace. Je fais du vélo presque tous les jours et je me rends au travail en train, mais il me reste encore beaucoup de kilomètres en voiture. J’économise donc pour acheter une petite voiture électrique, mais je n’ai pas encore l’argent.
Changer de mode de vie n’est pas toujours facile. J’ai l’intention de ne manger de la viande que deux fois par semaine, mais en pratique, je mange de la viande environ 4 ou 5 fois par semaine. Manger de plus petites portions s’avère plus facile pour nous que de réduire la fréquence. Plus important encore, une société sans émissions n’est pas possible sur la base des seuls choix individuels. Bien que je puisse acheter une voiture électrique dans le futur, la société a encore besoin d’évoluer vers une électricité 100% renouvelable. Il s’agit d’un choix de production qui doit être imposé par la réglementation. Toutes les grandes victoires en matière d’amélioration de la qualité de l’environnement, comme l’arrêt mondial de la production de gaz appauvrissant la couche d’ozone (Protocole de Montréal) ou l’amélioration de la qualité de l’eau dans nos rivières, sont le résultat d’une réglementation environnementale, rendue possible par la protestation sociale et une sensibilisation accrue, et non par les seuls choix individuels des consommateurs.
Mes 4 principaux règlements concernant l’action climatique sont :

  1. Les réacteurs nucléaires belges cesseront leur production en 2025. Remplacez-les par autant d’énergies renouvelables que possible.
  2. Interdire l’installation de chauffage au gaz naturel et au mazout dans les nouveaux bâtiments, car nous aurons besoin de pompes à chaleur dans une société sans émissions.
  3. Interdire la vente de voitures neuves à usage personnel brûlant des combustibles fossiles (diesel et essence) d’ici 2025, car le coût supplémentaire relativement faible des voitures électriques justifie largement l’avantage environnemental.
  4. Mettre fin à l’incitation fiscale pour les entreprises à fournir des voitures à leur personnel, plutôt qu’à une compensation fixe pour le transport en général. Ces derniers donneraient aux gens le choix supplémentaire de se déplacer en vélo, en train et/ou en autobus.

Originally posted 2018-05-31 19:29:31.

%d blogueurs aiment cette page :