Hans De Boeck / Researcher

Universiteit Antwerpen / Climate change impacts; climate extremes

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

Je mène des recherches sur les impacts du changement climatique sur les écosystèmes, également en conjonction avec d’autres changements globaux – tels que la perte de biodiversité. Quand je participe à des conférences, il est facile d’être déprimé parce que tant de choses vont dans le mauvais sens : non seulement les écosystèmes sont confrontés à des pressions croissantes dues au changement climatique, mais leur capacité à faire face est également réduite en raison de la fragmentation du paysage, de la surexploitation, etc. De plus, les préoccupations exprimées par les scientifiques au sujet du changement climatique ont été ignorées par les politiciens pendant trop longtemps. Il est donc très encourageant de constater que les récentes marches ont fermement inscrit le  » climat  » à l’agenda politique.
Quant à mon propre mode de vie, je fais mon trajet quotidien à vélo, même si la distance est considérable (25 km aller simple). C’est mon partenaire qui, lorsqu’elle était nouvelle dans le groupe de recherche, m’a convaincue que c’était faisable à vélo, car elle avait parcouru une distance similaire à l’université chaque jour en tant qu’étudiante. Je pense qu’il est important non seulement de parler, mais aussi d’agir. Nous sommes végétariens, nous avons rénové notre maison pour la rendre beaucoup plus éconergétique, nous achetons surtout des aliments locaux, etc. Pourtant, c’est plus facile si vous avez un bon revenu, et c’est l’une des questions importantes de toute révolution verte : veiller à ce qu’elle soit aussi sociale. Les incitations financières à la rénovation et à la production d’énergie verte en Belgique, par exemple, ont surtout été utilisées par les nantis, ce qui est non seulement inefficace, mais aussi injuste. Une autre difficulté est celle des déplacements sur de longues distances : s’il est très enrichissant de voyager dans des endroits éloignés, c’est aussi une source croissante d’émissions de gaz à effet de serre et de pollution. Les solutions ne sont pas faciles, mais professionnellement, faciliter la participation à des conférences par vidéo devrait être développé et stimulé beaucoup plus.
Enfin, en ce qui concerne ce qui est nécessaire pour aller de l’avant en général (à mon avis) : les politiciens devraient écouter davantage ce que les scientifiques, les spécialistes ont à dire. Nous sommes payés en grande partie avec des fonds publics – assurez-vous que cela profite à la société. C’est pourquoi, s’il vous plaît, faites appel à nous, à notre travail, à notre expertise pour aider à guider les politiques visant à relever les défis posés par le changement climatique. Ce sujet transcende le statu quo et exige une réflexion à long terme, allant au-delà de la prochaine élection. Plus de temps à perdre, plus de temps à consacrer au véritable leadership.

Originally posted 2018-07-10 19:18:00.

%d blogueurs aiment cette page :