Pierre-Étienne Vandamme / Postdoctoral Researcher

KU Leuven & UCLouvain / Political philosophy

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

Ma recherche philosophique explore la relation entre la démocratie et la justice sociale, globale et intergénérationnelle. Je soutiens que la démocratie est un type de gouvernement plus susceptible d’aboutir à des décisions justes que ses alternatives. Néanmoins, ce « potentiel de justice » est beaucoup plus élevé pour ce qui concerne les relations entre citoyens que pour les relations avec les étrangers ou les générations futures. Les démocraties ont tendance à produire des décisions qui sont fortement biaisées à l’encontre des étrangers et des générations futures. Et la principale réponse à ce problème, outre la mondialisation utopique (mais souhaitable) de la démocratie, est un changement dans la conscience et les attitudes des citoyens.
Sur base de ces constats, j’ai décidé de consacrer une grande partie de ma vie professionnelle à l’enseignement (à quelque niveau que ce soit) afin de sensibiliser les jeunes générations et d’encourager les changements d’attitudes. De plus, j’ai décidé d’essayer d’orienter mes propres choix dans la direction souhaitée. Ces choix personnels incluent :

  • renoncer aux smartphones et aux tablettes (mais pas aux ordinateurs portables)
  • renoncer à une voiture personnelle
  • essayer de ne pas prendre l’avion plus d’une fois par an et privilégier les trains aux voitures (même partagées)
  • privilégier l’alimentation locale et de saison
  • réduire la consommation de viande
  • ne pas avoir plus de deux enfants (je ne suis de toute façon pas sûr que j’aurais été capable de m’occuper de plus…)
    Les principales difficultés auxquelles je suis confronté dans ces choix sont les suivantes :
  • le défi physique de voyager en train avec deux jeunes enfants
  • l’exclusion sociale relative parce que je n’ai pas accès à l’application Whats’app
  • la pression académique à voyager à travers le monde afin de montrer sa « mobilité internationale » (ce qui est important pour l’accès aux bourses et aux postes d’enseignement)
  • réduire la consommation d’énergie à mon domicile en tant que locataire, dans une maison mal isolée
  • la faiblesse de volonté
    C’est parce que nous sommes tous confrontés à la faiblesse de volonté qu’une réglementation étatique (ou supranationale) stricte est nécessaire pour guider la transition écologique. Et c’est parce que nous ne pouvons pas tous nous permettre les coûts des changements nécessaires dans nos modes de vie que cette transition devrait être fortement subventionnée par l’État (ou des acteurs supranationaux comme l’UE).

Originally posted 2018-07-02 16:35:44.

%d blogueurs aiment cette page :