Renate Wesselingh / Professor

UCLouvain / Evolutionary ecology

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

Préoccupations : La population humaine sur terre continue d’augmenter rapidement et, bien que la pauvreté ait diminué, ce qui est en soi une évolution positive, cela signifie aussi que notre empreinte écologique ne cesse de s’accroître. Le changement climatique, la pollution et la perte d’habitat pour des millions d’autres espèces en sont le résultat, et un certain nombre de ces changements, tels que l’extinction de nombreuses espèces, ne sont pas réversibles. Nous, la seule espèce capable de planifier bien au-delà de sa propre durée de vie, devrions nettoyer les dégâts que nous avons nous-mêmes causés et réduire notre impact en ralentissant la croissance de notre population et en rendant notre mode de vie plus compatible avec le monde naturel.
Contributions : Je réduis mon propre impact sur la planète en ne possédant pas de voiture et en faisant la plupart de mes déplacements en vélo ou en transport en commun, en achetant des aliments biologiques auprès de producteurs locaux lorsque c’est possible, en réutilisant les emballages et en rénovant notre vieille maison avec des matériaux de construction écologiques, comme l’isolation en fibre de bois au lieu de laine minérale. En été, le soleil s’occupe du chauffe-eau et des panneaux photovoltaïques sont en projet. Je donne beaucoup d’espace à la nature dans mon jardin. Mais la décision qui a probablement le plus grand impact pour la planète est le fait que je n’ai pas d’enfants.
Difficultés : vivre dans une maison ancienne (1700) rend beaucoup plus difficile un chauffage éconergétique et neutre en carbone. Le CO2 économisé par la réutilisation d’une maison existante au lieu d’en construire une nouvelle est rapidement produit en la chauffant sans avoir beaucoup d’isolation. L’ajout de couches supplémentaires à l’intérieur réduit l’espace disponible, des couches supplémentaires à l’extérieur cachent la façade et enlèvent du caractère à la maison. L’installation d’un chauffage par le sol n’est pas possible avec du vieux carrelage.
La société : Le gouvernement devrait donner des orientations claires pour l’avenir, être proactif et faciliter la transition pour les personnes moins bien nanties. Les personnes qui ont de l’argent en réserve devraient avoir la possibilité d’investir dans des projets de transition pour aider les moins nantis.

Originally posted 2018-05-24 13:04:01.

%d blogueurs aiment cette page :