Stéphane VANWIJNSBERGHE / Ingénieur directeur

Bruxelles Environnement / Nature et forêt

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

En forêt de Soignes, nous constatons des changements du milieu.
Par la passé, malgré la survenance de faînées parfois abondantes, nous n’avions que très peu de régénération naturelle de hêtre. Depuis +/- 2007, des jeunes hêtres se développent parfois sur des étendues importantes. Nous observons aussi, localement, la présence de régénérations naturelles d’essences qui par le passé ne se régénéraient pas, comme le pin noir d’Autriche.
Malgré le fait que le hêtre n’est pas en station (c’est-à-dire qu’il n’est pas adapté aux conditions locales de croissance sauf très localement), nous travaillons sur cette régénération naturelle pour régénérer la forêt et espérer en ressortir un génotype mieux adapté aux épisodes de sécheresse qui seront amenées à être de plus ne plus fréquentes.
Autre choix dans le cadre de la gestion de cette forêt patrimoniale : nous avons réorienté le choix des essences avec comme principe : diversifier et planter des espèces en station. Ceci nous a amené par exemple à ne plus planter de chêne pédonculé, mais de lui préférer le chêne sessile (plus résistant aux épisodes de sécheresse que son cousin).
Un nouveau plan de gestion de la forêt de Soignes est en passe d’être adopté par le Gouvernement bruxellois dans lequel sont présentés différentes mesures d’adaptation au changement climatique. Ce document présente également tout un ensemble de mesures pour mieux préserver la biodiversité présente comme par exemple, aménagement des lisières, maintien de bois mort sur pied et au sol.

Originally posted 2018-08-17 00:48:52.

%d blogueurs aiment cette page :