Thierry Kesteloot / Policy advisor

Oxfam-Solidarité / Food and Agriculture

La traduction de ce témoignage a été générée automatiquement par un programme. Merci d’excuser les éventuelles erreurs.

Le changement climatique nous oblige à repenser profondément nos systèmes alimentaires. Le changement climatique est l’une des principales raisons de la réalité alarmante de l’augmentation de la faim dans toutes les régions du monde. Et ce malgré l’engagement international d’y mettre fin d’ici 2030. Des systèmes alimentaires agroécologiques diversifiés peuvent refroidir la planète et nourrir le monde, mais la concentration croissante du pouvoir et la défense des intérêts particuliers des principaux acteurs des systèmes alimentaires actuels bloquent les changements nécessaires.
L’alimentation est par ailleurs un levier fabuleux pour imaginer, pratiquer et mobiliser le changement au quotidien. Les nombreuses initiatives visant à modifier nos manières de manger inspirent et relient les gens entre eux. J’ai de privilège de pouvoir explorer, goûter, savourer – parfois préparer – cette diversité de saveurs, odeurs, couleurs des plats du monde chez moi en famille. J’éprouve aussi, très modestement et plus confortablement que tant de paysannes et paysans, les défis du changement climatique avec mes deux ruches et la production d’une poignée de légumes. Cela contribue à comprendre, repenser et essayer de pratiquer le « agir localement, penser globalement ». Au-delà de l’alimentation, les liens se font automatiquement avec ma mobilité, notre logement, le recyclage, les échanges avec les autres, lors de mon vote, dans la solidarité avec que je peux exprimer avec ceux qui subissent les conséquences ou tous ceux qui contribuent à trouver des solutions. Je suis passionné de vivre un moment où nous avons tous besoin de réinventer un autre monde qui préserve et prend soin de notre seule planète. Je suis confiant et je remercie mes enfants et tous les jeunes qui dans la rue scandent et chantent pour le changement maintenant.
Assis toute la journée à mon bureau, je suis frustré de l’inaction de tant de citoyens, d’amis, de politiciens. Ceux qui essaient de résoudre les problèmes en utilisant le même genre de pensées que nous avons utilisé lorsque nous les avons créés. Le changement climatique ne peut être résolu avec le modèle de croissance économique qui exploite les ressources des autres. Ce n’est pas en défendant « notre mode de vie » que l’on parviendra à une transition juste, assurant une planète juste et sûre pour tous. Notre gouvernance n’est pas prête à accepter la nécessité d’un changement radical vers une transition juste et durable. Ce changement radical ne viendra pas de compromis exprimant le plus petit dénominateur commun de nos décideurs. Elle nécessite un changement de gouvernance. La meilleure façon de développer ce nouveau  » contrat avec notre planète  » est d’engager un véritable dialogue en premier lieu avec tous ceux qui subissent aujourd’hui et subiront demain les effets du changement climatique pour trouver des solutions durables.

Originally posted 2018-07-18 14:03:57.

%d blogueurs aiment cette page :